Le Chateau de Gros Chigy

L’ancien château fut démantelé par ordre royal, et l’actuel château de Gros Chigy fut rebâti par Guillaume de L’Aubépin et Claudine de Vaux en 1435. Il est situé sur la commune de Saint André du Désert.

Le n°33/34 (mars-juin 2005) de la Revue Châteaux-Forts d’Europe est consacré au château de Gros-Chigy, représentatif des transformations d’une maison-forte en Bourgogne méridionale

Le château de Gros Chigy joue un rôle clé dans la soumission des grands féodaux entre 1171 et 1237. Puis, c’est un verrou très exposé sur une frontière contestée entre le comté de Chalon, qui est au duc Bourgogne, et le Mâconnais, qui est au roi de France. C’est précisément cela qui lui vaut de fréquentes destructions : il ressent les répliques des séismes qui agitent Paris et Dijon.

Le château de Gros Chigy est une source importante pour une modélisation d’analyse des châteaux de Bourgogne et des régions voisines. Un grand donjon-résidence du XIVe siècle est reconnaissable sous une stratigraphie de modifications du XVe au XIXe siècle. Il conserve une extraordinaire halle d’entrée voûtée (maintenant en sous-sol). Au XVe siècle, le château est complété par une très grande enceinte susceptible d’accueillir une petite troupe ou de servir de refuge aux paysans du village voisin. A la même époque, le logis seigneurial est abaissé, mais puissamment fortifié, également vers l’intérieur de la cour, par un fossé, une porte-tour à pont-levis et un nouveau donjon-beffroi carré couronné de mâchicoulis. Il propose ainsi un type de mutation qui invite à regarder différemment nombre de maisons-fortes.

Grâce aux ruptures provoquées par ses multiples destructions violentes, au moins quatre en une centaine d’années, entre 1361 et 1477, il fournit un catalogue de formes datées : appareils, postes de tir (à grandes fentes en 1450, à petites mires en 1480), hourds (encore en usage en 1450/60) mâchicoulis (apparaissant en 1480), modénatures, dispositions du plan. Toutes ces modifications sont parsemées d’armoiries.

Des peintures murales de diverses époques décorent salles et plafonds. L’analyse détaillée des moulures des portes et des cheminées est une leçon sur l’évolution des modénatures entre le milieu du XVe et le milieu du XVIe siècle. Enfin, il faut pointer l’attention vers un local tout à fait étonnant conservé près de l’entrée. Une curieuse salle à trois nefs est sous voûtes d’arêtes appuyées sur des colonnes monolithes. On est impressionné par l’harmonie de ses proportions et par sa monumentalité. Ce n’est qu’une écurie !… mais son modèle a été dessiné par Léonard de Vinci.

Le château de Gros Chigy est une propriété privée et ne se visite pas. Il est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments historiques depuis 1967. Pour en savoir plus sur le château de Gros Chigy

Cette photo a été prise au début du printemps avec Nikon D750 focale 38mm iso 400 f11 1/500è

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *